vendredi 1er février 2013
par  louis

La démarche heuristique

à propos du diagnostic de situation et de l’approche globale.


Heuristique (ou euristique), vient du grec euriskeïn

et signifie découvrir (eurêka : j’ai trouvé). L’heuristique évoque la recherche, ouverte et « sans limites ». Il est polysémique et sa définition même est heuristique, c’est-à-dire ouverte et jamais terminée. Le concept est utilisé tant en philosophie qu’en mathématiques, en informatique ou en épistémologie.

Que peut-on en faire en médecine,

art de la précision du diagnostic et de la rationalité légués par Claude BERNARD et qui ont fait les succès et avancées considérables que l’on sait ? L’époque moderne réintroduit l’intérêt de la vue globale et de l’appréhension des situations complexes.

La complexité se définit par la coexistence de composants multiples d’un système interagissant entre eux sans que l’on puisse clairement toujours distinguer les effets et les causes. Edgar MORIN [1] définit par exemple l’homme comme individu/groupe/espèce, de manière indissociable et interactive.

C’est ainsi que nous avons proposé de redéfinir par une démarche heuristique la santé de l’individu comme un ensemble indissociable organes/personnalité/environnement (système OPE) [2]. Il ne s’agit pas d’un modèle explicatif mais d’une schématisation heuristique.

En médecine, notamment générale, devant une situation dont on ne peut appréhender la totalité des composants, notre esprit fonctionne par l’élaboration d’une carte mentale floue qui par analogie nous permet la prise de décision dans la vie courante. Cette attitude constante comporte bien entendu des erreurs et approximations, mais s’avère efficace et performante. Ce qui est la définition même de l’heuristique : ne pas examiner de manière cartésienne la totalité des hypothèses mais faire des choix en fonction de la perception globale que l’on peut avoir du problème concerné. Démarche qui laisse à tous égards la réflexion et la recherche ouvertes. C’est en approche systémique la vue « macroscopique » dans l’acception de Joël de Rosnay [3].

L’approche analytique s’attache aux détails,

et si possible à tous les détails, alors que l’approche systémique précise les buts mais reste dans le flou sur les détails. Elle prescrit de s’attacher principalement aux inter réactions entre les éléments constitutifs du système, et aux effets de ces inter réactions plutôt qu’à leur nature.

Il est clair que l’approche analytique et l’approche systémique sont plus complémentaires qu’opposées « quoique irréductibles l’une à l’autre » [4] l’enjeu est donc de préciser des outils qui permettent à la fois la précision et la rationalité de la démarche dans la lignée de Claude BERNARD et l’approche globale de la pensée complexe. [5]

On peut sur le modèle systémique repérer les éléments cibles d’une action ou d’une prise de décision comme ceux ayant les interactions les plus fortes ou l’émergence des acteurs les plus influents de la situation.

Bien que le modèle dont nous nous servons habituellement soit une image mentale plutôt inconsciente, la construction graphique d’un tel modèle permet d’avoir une vue globale de l’ensemble.

C’est à cela que sert le « diagnostic de situation ».

S’appuyer sur une carte heuristique


La démarche heuristique est très largement une attitude mentale d’ouverture, de doute, d’incomplétude de la réflexion. Elle s’appuie sur un outil qui est la carte mentale ou « carte heuristique ».

La carte heuristique met en forme à partir d’un thème central et de mots clés écrits de manière divergente, des arborescences que l’on peut développer à l’infini.

Contrairement à l’approche linéaire, la perception du thème est globale faisant intervenir le « cerveau droit ». Elle permet de sortir du cadre usuel de visualisation et de mémoriser les éléments de la situation complexe dans l’espace.

Une réflexion menée sur le diagnostic de situation (voir article de JF Massé dans la Revue du Praticien /MG 2004 ;18 :623-32) permet de proposer ce schéma heuristique qui est d’une part explicatif, d’autre part ouvert à tous les développements en complétant les arborescences.

Cette modélisation heuristique permet de mettre en lumière la simultanéité de l’analyse dans les différents champs et de garder ouverte la réflexion.

On pourrait multiplier les exemples de ce qu’apporte ce type de raisonnement et l’outil de la carte mentale. On a pu justement caractériser cette démarche comme « pensée en expansion ». [6]

L’utilisation en est habituelle et aisée

dans la prise de notes, la préparation d’exposés ou de prise de parole, le résumé de livre l’apprentissage, etc.

On peut se lancer dans ce type d’exercice en mettant en œuvre seul l’outil carte heuristique, mais il n’est pas inutile de lire des livres sur le sujet ou de suivre une session de formation si on en a l’occasion. Tony BUZAN.[6] a modélisé la méthode qui est depuis enseignée et pratiquée en France en particulier par l’École Française de l’Heuristique.

L’intérêt principal, outre la clarification et l’organisation des idées est d’introduire un changement profond dans le mode même de raisonnement. S’éloigner de notre démarche traditionnellement (et parfois faussement) cartésienne. Acquérir le réflexe de la pensée complexe, n’est ni naturel ni aisé car insécurisant mais assurément fécond. La discipline médecine/générale peut s’approprier ce concept déjà très largement utilisé en pédagogie et en gestion en France et en Europe.

Voir le diaporama

Zip - 145.5 ko
Démarche généraliste

[1
Edgar MORIN, « la méthode », six tomes.

[2Louis LÉVY Jean-François MASSE, documents pédagogiques MG Form

[3de Rosnay Joël, « le Macroscope » Le Seuil 1975

[4DONNADIEU Gérard et KARSKY Michel, « La systémique, penser et agir dans la complexité » Éditions LIAISONS 2002.

[5MORIN Edgar. « Introduction à la pensée complexe »

[6BUZAN Tony « dessine-moi l’intelligence, » guide d’accès à la dynamique mentale. Les Éditions d’organisation Paris 1995


Articles les plus récents

vendredi 26 avril 2013
par  louis

Comment soigner notre mémoire

Comment soigner notre mémoire
A quoi servent nos différentes mémoires ?
Un marqueur du vieillissement.
Les outils du diagnostic.
Invités : Pr Francis EUSTACHE (INSERM) ; Pr Florence PASQUIER (CHRU Lille) ; Dr Bernard ORTOLAN (généraliste) ; Dr Marie ZINS (épidémiologiste INSERM)
Très intéressante (...)

mardi 19 février 2013
par  louis

Leonard de Vinci neurologue

Extrait (en anglais) d’un article passionnant sur les méthodes de Léonard de Vinci pour étudier le cerveau humain et le représenter.

mercredi 30 janvier 2013
par  louis

Changement de statut

A partir de janvier 2013, j’ai abandonné mon statut de formateur indépendant.
Je reste cependant toujours intéressé et motivé par les formations principalement dans le secteur de la carte mentale (Mind Mapping) mais également en gérontologie pratique.
Je peux donc toujours intervenir à la demande (...)

mardi 29 janvier 2013
par  louis

Voir ma revue de publications journalière

Aller sur le site et cliquez sur les liens présents. Vous pouvez aussi me « suivre » pour être tenus au courant des nouveautés sur scoop.it !
Cliquer ICI

Brèves

changement de statut

mercredi 30 janvier 2013

A partir de janvier 2013, j’ai abandonné mon statut de formateur indépendant.
Je reste cependant toujours intéressé et motivé par les formations principalement dans le secteur de la carte mentale (Mind Mapping) mais également en gérontologie pratique.
Je peux donc toujours intervenir à la demande avec un statut de salarié ponctuel par une association ou un organisme support.
Me consulter à ce sujet.